Lait de vache, de brebis, de chèvre : quelles différences ?

lait vache, de brebis, de chèvre
lait vache, de brebis, de chèvre : les différences
Stocklib
Par Dorothée Blancheton publié le
Journaliste indépendante
1995 lectures

Tous les laits d’origine animale se valent-ils ? Quels sont les apports nutritionnels des laits de vache, de brebis et de chèvre ? Sarah Marin-Maire*, diététicienne-nutritionniste et co-fondatrice de Make Me Healthy, nous éclaire sur le sujet.

Le lait de vache est le lait d’origine animale le plus courant mais celui-ci n’est pas toujours bien toléré ou apprécié. Il existe d’autres laits issus d’animaux comme celui de brebis et de chèvre. D’un point de vue gustatif, le lait de vache est considéré comme le plus « neutre ». C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est le plus consommé et utilisé dans les préparations industrielles ou maison. Cependant, il faut distinguer un lait de vache pasteurisé ou stérilisé d’un lait de vache cru qui aura un goût plus prononcé. Le lait de brebis a une saveur plus marquée que le lait de vache mais reste doux. Le lait de chèvre a un goût plus fort et marqué que ces deux laits.

Laits de vache, brebis, chèvre : les mêmes apports nutritionnels ?

Globalement, le lait de vache et le lait de chèvre sont assez proches au niveau des apports nutritionnels. Le lait de vache est légèrement plus riche que les autres en vitamines B12, B9 et en bêta-carotène. Le lait de chèvre lui est une meilleure source de vitamine A et B3. "Le lait de chèvre tout comme le lait de brebis, va simplement avoir des matières grasses plus « petites », qui seront donc plus digestes", souligne Sarah Marin-Maire*, diététicienne-nutritionniste et co-fondatrice de Make Me Healthy.
Le lait de brebis présente davantage de différences avec les laits de vache et de chèvre. Selon la spécialiste, il est ainsi plus riche en calcium même si ces derniers en contiennent une quantité non négligeable. Le lait de brebis est également plus riche en lipides et en protéines. Il est aussi source de zinc, de vitamine B et de phosphore.

Côté calorique, le lait de brebis est le plus énergétique avec 100 kcal pour 100 ml contre 65kcal pour les laits de vache ou de chèvre. « Cela est lié au fait que le lait de brebis contient moins d’eau et donc plus de certains macronutriments comme les lipides : 3,7g / 3,9g pour vache / chèvre VS 6,3g pour le lait de brebis. Idem pour les protéines avec 3,2g / 3,1g pour vache / chèvre VS 5g pour le lait de brebis », explique Sarah Marin-Maire.

Intolérance au lactose : un lait plus digeste ?

Le lait d’origine animale contient du lactose, le sucre du lait. Mais certaines personnes en sont intolérantes : ce sucre est mal digéré en raison d’un déficit de lactases, les enzymes permettant l’absorption du lactose. Ce dernier fermente alors dans l’intestin entraînant alors des troubles digestifs (ballonnements, diarrhées, gaz). "70 % des adultes en France ont une activité lactasique basse. L’activité lactasique diminue avec l’âge : elle est très importante chez l’enfant (pendant l’allaitement) puis diminue après le sevrage", ajoute la diététicienne. Le lait de chèvre et le lait de brebis contiennent environ 10 % de lactose de moins que le lait de vache et sont donc plus facilement tolérés.

Allergie aux protéines de lait de vache : les laits de brebis et de chèvre plus adaptés ?

L’allergie aux protéines de lait de vache (APLV) est une allergie alimentaire qui touche surtout les bébés et enfants de moins de 3 ans. Après cet âge, l’enfant les tolère généralement de nouveau. La structure de la protéine est plus petite dans les laits de chèvre et brebis et de ce fait elle est moins allergène (plus l’animal est petit, plus la protéine est petite). Mais en cas d’APLV, la diététicienne estime que les laits de chèvre et de brebis ne vont pas vraiment éviter ce problème car tout dépend du seuil de tolérance de l’enfant.  Le mieux est de consulter un allergologue qui réalisera un bilan complet avec un dépistage allergique.

Varier les laits

Enfin, pour avoir une alimentation équilibrée, l’idéal est de varier au maximum ses apports nutritionnels tout en se faisant plaisir. Si vous appréciez la saveur de ces trois laits, vous pourrez les inviter tour à tour à votre table en consommant du lait de vache, des fromages de chèvre, du fromage blanc de brebis… Sarah Marin-Maire conseille toutefois de respecter les recommandations nationales et de ne pas dépasser deux portions de produits laitiers par jour : 1 bol de lait (250ml), 1 portion de fromage (30/40g), 1 yaourt (125g), 1 fromage blanc (100g), etc. Et en complément, on pense aussi aux boissons végétales.

*Son site : www.makemehealthy.fr