Glyphosate : Monsanto condamné à payer 80 millions de dollars à Edwin Hardeman

Le Roundup est l'herbicide à base de glyphosate, commercialisé par Monsanto.
Le Roundup est l'herbicide à base de glyphosate, commercialisé par Monsanto.
Par Hanen Slimani publié le
1016 lectures

Après plus d’un mois de procès, le géant Monsanto a été déclaré coupable des accusations portées par Edwin Hardeman, plaignant ayant contracté un cancer de la lymphe. La firme rachetée par Bayer a été condamnée à lui verser près de 80 millions de dollars.

C’est une première pour Monsanto. Une première condamnation en cour fédérale pour l’entreprise américaine commercialisant le glyphosate, que ses détracteurs espèrent dorénavant nombreuses. À l’issue d’un procès ayant duré un peu plus d’un mois et s’étant déroulé en deux phases, le jury a donné raison au plaignant et condamné Monsanto à lui verser plus de 80 millions de dollars de dédommagements.

Le plaignant, Edwin Hardeman, un septuagénaire, a contracté un cancer rare de la lymphe après avoir utilisé à titre privé pendant près de trente ans un herbicide à base de glyphosate, le Roundup. Ce n’est pas le premier revers judiciaire que subit Monsanto. Il y a quelques mois, le jardinier américain Dewayne Johnson avait remporté un procès contre la firme pour ne pas avoir été informé de la dangerosité de son herbicide à base de glyphosate.

La responsabilité de Monsanto déclarée

À la demande de Monsanto, le procès a été découpé en deux phases. A la fin de la première phase, qui était consacrée à l'établissement d’un lien entre l'exposition au Roundup et le cancer d’Edwin Hardeman, le Roundup a été considéré comme cancérigène par le jury. Il a été déclaré “facteur substantiel” du développement du lymphome non hodgkinien du plaignant (cancer qui se développe à partir de cellules du système lymphatique, les lymphocytes). Durant cette seconde phase, les jurés se sont donc prononcés sur la responsabilité de l’entreprise quant à la maladie du plaignant. Ce qu’ils ont approuvé à l’unanimité.

Une condamnation qui n’était pas gagnée d’avance, en raison de l'âge avancé d’Edwin Hardeman et de son passif médical. Mais il a finalement obtenu gain de cause. Ce procès devrait entraîner l'enclenchement de nombreuses autres actions en justice contre Monsanto, rachetée depuis 2018 par Bayer.

Source(s):
Commentaires