Chute de cheveux : la pollution en cause ?

Chute de cheveux : la pollution en cause ?
Chute de cheveux : la pollution en cause ?
Par AFP/Relaxnews publié le
1127 lectures

Selon une nouvelle étude coréenne, la pollution de l'air pourrait aussi favoriser la chute de cheveux en affectant la protéine responsable de la croissance capillaire. Explications.

Si la perte de cheveux est un phénomène normal aux changements de saison, celle-ci pourrait-être accentuée par la pollution. En effet, des chercheurs du Future Science Research Centre de Corée du Sud ont trouvé un lien entre exposition aux substances polluantes présentes dans l'air et la chute des cheveux. Un résultat présenté mercredi dernier lors du Congrès de l'EADV (European Academy of dermatology and venereology), à Madrid. 

Pour arriver à cette conclusion, l’équipe de scientifiques a étudié les cellules émanant de la base des follicules capillaires du cuir chevelu. Ces cellules ont été exposées à différentes concentrations de particules fines

Impact sur les follicules capillaires

Les chercheurs ont exposé les cellules à un type de matière particulaire connue sous le nom de PM10, des particules comparables à de la poussière d'un diamètre de 10 micromètres ou plus fines. Elles sont généralement produites par la combustion de combustibles fossiles, dont le pétrole, le diesel et les combustibles solides tels que le charbon, l'huile et la biomasse, émanant des véhicules et des usines. Les activités industrielles produisent aussi des PM10, la construction, l'extraction minière ou la fabrication de matériaux de construction comme le ciment, la céramique ou les briques.

Les scientifiques ont constaté que l'exposition aux particules fines PM10 semblait abaisser les niveaux de β-catenin, la protéine responsable de la croissance capillaire et la morphogénèse, qui comprend le développement des follicules capillaires. Par ailleurs, plus l'exposition aux PM10 était importante, plus les niveaux de trois autres protéines (cycline D1, cycline E et CDK2) étaient faibles. Or, celles-ci sont responsables de la croissance et de la rétention capillaire.

Un lien démontré pour la première fois

Si les PM10 sont déjà associées à différentes maladies notamment cardiaques et pulmonaires, les effets de la pollution sur la peau et les cheveux sont moins connus.

"Bien que les liens entre la pollution de l'air et les maladies graves telles que les cancers, les maladies cardiovasculaires et BPCO sont bien établis, très peu de recherches se sont intéressées aux effets de l'exposition aux particules fines sur la peau et les cheveux humains. Nos recherches expliquent le mode d'action des polluants atmosphériques sur les cellules des follicules, en montrant comment les produits polluant l'air les plus fréquents mènent à la chute des cheveux," a souligné Hyuk Chul Kwon, le directeur de l'étude.

Commentaires