Envie de bébé : les antioxydants au secours de la fertilité

Par Magali Walkowicz publié le
Diététicienne-nutritionniste, journaliste et auteure
793 lectures

Vous souhaitez avoir un bébé ? L’alimentation pourrait vous y aider. De nombreux chercheurs pointent du doigt le rôle des aliments riches en antioxydants à cette fin. Comment agissent-ils ? Lesquels favoriser ? Le point sur la question.

La planification de l’alimentation en lien avec une grossesse devrait commencer bien avant la conception. Certains experts recommandent d’ailleurs de faire des choix alimentaires et de style de vie plus sains au moins six mois avant d’essayer de concevoir un bébé. La raison ? Votre bébé est fait d’une partie de vous. Plus vous avez un terrain sain, plus votre bébé aura des chances d’en avoir un. Mais ce n’est pas tout. L’alimentation peut aussi jouer un rôle clé pour vous aider à avoir bébé. De nombreuses études scientifiques qui se sont penchées sur le sujet l’attestent. Ce que vous mettez dans votre assiette a une importance indéniable. Surtout si ces aliments sont sources d’antioxydants.

Le stress oxydatif, ennemi de la fertilité

Notre organisme est sans cesse attaqué par des radicaux libres, des molécules indésirables qui génèrent un stress oxydatif dans l’organisme, responsables de nombreuses maladies chroniques. Le métabolisme normal produit des radicaux libres. A chaque respiration, un radical libre est produit. D’autres radicaux libres proviennent du monde environnant (pollution atmosphérique, pesticides, tabac, mauvaise alimentation…). Ce sont eux qui sont responsables du stress oxydatif. L’organisme sait les combattre. Cependant, lorsqu’il y a trop de radicaux libres dans l’organisme qui s’accumulent, il est dépassé. Or, le stress oxydatif, largement répandu dans les conditions de vie moderne, est associé à une sous fertilité. Un couple sur cinq aurait, d’ailleurs aujourd’hui, des difficultés à concevoir.

Que nous dit la science sur le lien entre stress oxydant et infertilité ?

La piste a été explorée chez les femmes comme chez les hommes. Et les preuves scientifiques s’accumulent. La raison est que ce stress oxydatif endommage les gamètes féminins et masculins.

On estime entre 30 et 80 % les cas d’infertilité masculine liés aux effets délétères du stress oxydatif sur les spermatozoïdes. Ils altèrent leur ADN, endommagent leur membrane, leur forme, diminuent leur motilité et leur capacité à fusionner avec l’ovocyte, réduisant leur capacité de fertilisation. Ils altèrent leur nombre aussi. Une étude de l'Université de Harvard, aux Etats-Unis, dont les résultats ont été présentés lors de la conférence annuelle de la Société européenne de reproduction humaine et d'embryologie en juin 2019, est édifiante à ce sujet. En s’appuyant sur un questionnaire des habitudes alimentaires et l’analyse des spermatozoïdes de près de 3.000 hommes âgés de 18 à 20 ans, elle a mis en évidence que les adeptes de la junk-food, pourvoyeuse d’oxydants (source d’additifs alimentaires, de molécules indésirables produites par les cuissons trop élevées, de matières premières dénaturées), produisaient le plus faible nombre de spermatozoïdes.
En outre, les hommes concernés par la malbouffe ont un nombre de leurs cellules de Sertoli diminué. Leur rôle est de nourrir les spermatozoïdes. Or, une fois ces cellules détruites, elles ne peuvent plus être rétablies. Ce qui signifie des dommages sur ce point irréversibles. 

Côté féminin, le stress oxydatif fait partie des causes identifiées de l’endométriose, une maladie multifactorielle également liée à un déséquilibre hormonal, qui toucherait 10 % des femmes et peut entraîner des complications à concevoir.
Dans cette pathologie, il y a une migration des cellules de l’endomètre, tissu qui recouvre la cavité utérine, en dehors de l’utérus. Ce phénomène peut provoquer des lésions sur les autres organes reproducteurs, comme les trompes et les ovaires. Le stress oxydatif est aussi nocif pour la thyroïde, glande hormonale garante de l’harmonie des cycles et donc de l’ovulation.

L’alimentation peut inverser la donne

Certains aliments regorgent d’antioxydants, des molécules capables de contrer le stress oxydatif et d’inverser l’infertilité qui en résulte. La littérature scientifique regorge d’études édifiantes à ce sujet. Ils s’avèrent donc essentiel de les consommer pour toute personne souhaitant avoir un bébé. On les trouve principalement dans les fruits et les légumes, à plus ou moins haute concentration. Des chercheurs américains ont mis au point un test baptisé ORAC (Oxygen Radical Absorbance Capacity), qui mesure le pouvoir antioxydant des aliments dans le plasma. Ils ont mis en évidence qu’une journée riche en ORAC est une journée avec au moins des légumes à chaque repas et éventuellement une portion de fruit de 150 g par jour. Et que pour booster encore plus votre Orac, faire certains choix est judicieux :

  • manger des fruits rouges (myrtilles, mûres, framboises, fraises…), les fruits les plus riches en antioxydants ;

  • manger des légumes mais surtout des crucifères, épinards, artichaut, carotte, patate douce, betterave rouge, qui sont les légumes les plus riches en antioxydants ;

  • privilégier le chocolat très noir en guise de petite douceur ;

  • épicer les plats ;

  • consommer des produits de la mer, surtout des coquillages.

Bien que les résultats d’études se contredisent sur ce point, la majorité d’entre elles concluent que prendre une supplémentation en antioxydants n’a pas le même effet que manger des aliments riches en antioxydants. Dans certains cas, ces suppléments étaient même plutôt nocifs.

Un pas plus loin : les 3 antioxydants phares pour la fertilité masculine

Une étude de 2013, publiée dans la revue Fertility and Sterility a mis en évidence trois antioxydants particulièrement intéressants pour la fertilité masculine pour booster le nombre de spermatozoïdes, de forme normale, la tomate cuite, sous forme de sauce tomate, de concentré de tomates est fortement recommandée. La molécule magique qu’elle contient est le lycopène, un antioxydant qui se libère sous l’effet d’une longue cuisson. Pour entrer dans le sang et faire son travail, il a besoin d’huile. N’oubliez pas de rajouter de l’huile d’olive dans votre sauce tomate ; pour une meilleure mobilité des spermatozoïdes, les végétaux très oranges, très verts et les œufs sont très intéressants. Ils apportent des caroténoïdes, en particulier le bêta-carotène et la lutéine, très aidants sur le sujet. Un petit-déjeuner avec par exemple une omelette aux jeunes pousses d’épinards et des quartiers d’orange ou 2 abricots selon la saison est bien indiqué.

Évidemment, il s’agit d’inclure ces aliments dans votre quotidien alimentaire et non de les manger de manière occasionnelle.

Alerte spéciale pour les futurs papas âgés de 44 ans et plus

Vous avez à charge de contrer les effets néfastes du vieillissement sur le génome des spermatozoïdes. Pour cela, rien de tel que manger un agrume tous les jours, de veiller à rajouter de l’huile à chacun de vos repas, de manger du poisson gras régulièrement et des oléagineux. Ils sont sources de vitamines C, E, d’acide folique mais aussi de zinc, ce qui selon une étude vous permettraient de conserver la jeunesse de vos spermatozoïdes2.

 

Source(s):

Découvrez une sélection de produits bio issus de notre guide d'achat :

Commentaires