Guérir les migraines grâce au régime cétogène

migraine
migraine
Pexels
Par Magali Walkowicz publié le
Diététicienne-nutritionniste, journaliste et auteure
854 lectures

Souffrir de migraines chroniques peut véritablement gâcher la vie au point que dans les cas les plus extrêmes, une activité professionnelle, une vie sociale normale, sont remises en cause. Aucun traitement curatif efficace n’a pour le moment été mis à disposition sur le marché. En revanche, des traitements qui peuvent prévenir, aider à calmer les crises, existent, mais ils ne fonctionnent pas toujours et ne sont pas sans effets secondaires. Une solution radicale et sans danger est pourtant à portée de tous. Peu le savent, mais l’alimentation seule peut permettre de soulager les symptômes de cette maladie. Explications.

La migraine n’est pas un simple mal de tête passager : il s’agit d’une maladie chronique. C’est un mal de tête récurrent, souvent pulsatile, c’est-à-dire avec sensation de « cœur qui bat dans la tête », « coups de marteau », « de serrement ou d'écrasement », qui survient par crises.
La crise est parfois précédée de signes appelés "aura". Puis une douleur s'installe progressivement. Elle dure de 4 heures à 3 jours. Son intensité est variable. Elle peut être accompagnée de symptômes digestifs ou neurologiques variés tels les nausées ou une intolérance au bruit ou à la lumière. Entre chaque crise, il y a des intervalles de temps sans symptômes, plus ou moins longs.

Comment surviennent les migraines ?

Les migraines sont un phénomène neuro-vasculaire qui concernent 20 % des femmes, 10 % des hommes, 5 % des enfants. La douleur est secondaire à une dilatation des vaisseaux cérébraux, notamment des artères des membranes protégeant le cerveau, appelées méninges, qui est provoquée par une stimulation nerveuse. Il y a une hyperexcitabilité électrique des neurones sensoriels.

Pour bien comprendre, l’activité électrique des neurones est contrôlée par une protéine, appelée TRESK, qui génère du courant. Or, récemment des chercheurs ont montré qu’une mutation du gène codant pour cette protéine entraîne sa coupure en deux protéines dysfonctionnelles. L’une des deux est alors inactive et l’autre stimule fortement l’activité électrique des neurones, engendrant des crises de migraines.

Cette maladie neurologique touche en moyenne 15 % de la population mondiale. Elle est due à une excitabilité neuronale anormale, liée à des facteurs génétiques complexes associés à des facteurs environnementaux. Pour un migraineux sur quatre, la sévérité des crises entraîne un retentissement socioprofessionnel important. Source : INSERM.

Sont également impliqués dans la survenue d’une migraine, des facteurs déclenchant, qui sont différents d'une personne à l'autre. Cela peut être :

  • le stress ou une relaxation soudaine, un lâcher prise ;
  • un effort physique intense ;
  • un excès ou un manque de sommeil ;
  • un jeûne ou inversement un repas trop copieux ;
  • la consommation de certains aliments : le chocolat, le café, l’alcool, les sulfites, les produits laitiers surtout les vieux fromages, les aliments contenant du gluten, les aliments industriels, le sucre et produits sucrés, trop de protéines animales le soir sont souvent pointés du doigt ;
  • le bruit, certaines odeurs, les jeux vidéo ou des lumières clignotantes ;
  • la diminution brutale du taux d'œstrogènes en fin de cycle menstruel peut aussi entraîner une migraine dite cataméniale ou menstruelle.

Des migraines fréquentes peuvent conduire la personne à une consommation excessive de médicaments à visée antalgique. Cet abus peut engendrer la survenue d'une céphalée chronique, présente plus de 15 jours par mois et d’une durée moyenne quotidienne supérieure à 4 heures en l’absence de traitement.

 

Comment le régime cétogène permet de mieux prévenir les migraines que les médicaments

Le régime cétogène est une alimentation très pauvre en glucides et riche en graisses qui incite le corps à métaboliser des cétones. Ces molécules servent alors de carburant à toutes les cellules, notamment aux neurones car ce dernier cesse alors de carburer aux glucides.

Pour les besoins d’une étude dont les résultats ont été publiés dans la revue Nutrients, des chercheurs ont étudié le cas de 35 personnes en surpoids souffrant de migraines. Parmi elles, certaines suivaient un régime cétogène, les autres un régime plus standard. Les repas des deux groupes étaient préparés avec un même niveau de graisses et de calories, mais des ratios différents en protéines et en glucides. Résultat : 75 % des sujets ayant suivi le régime cétogène ont vu leurs migraines diminuer drastiquement en comparaison de ceux qui avaient maintenu un haut niveau de glucides dans leur alimentation.

En Italie, deux études très sérieuses avaient déjà mis en avant ces effets positifs. Une menée en 20131 a montré qu’un régime cétogène permettait de réduire la fréquence des migraines chez 90 % des patients suivis. L’autre de 20172, qui a passé en revue toutes les études d'intervention concernant les effets d'un régime cétogène ou très pauvre en glucides sur les migraines, a démontré que sur les 7 études retenues, 6 soulignaient l’efficacité du régime cétogène pour réduire la fréquence et l'intensité des migraines, et parfois pour les faire disparaître complètement. Et cela n’est en rien surprenant.

Comment la cétose agit sur les migraines ?

Différents mécanismes d’action expliqueraient ces résultats.

Premièrement, les migraines entretiennent bien un lien étroit avec l'alimentation puisque certains aliments favorisent leur déclenchement. Avec un régime cétogène, la plupart d’entre eux sont bannis : la consommation de gluten est facilement évitable puisque les féculents sont exclus, le sucre ajouté disparaît totalement, les aliments industriels bourrés de molécules indésirables facilement évincés.

Deuxièmement, le régime cétogène est utilisé et a été créé pour soigner les enfants épileptiques qui ne répondent pas au traitement médicamenteux. Or, pour les neurologues, il existe des similitudes entre crises de migraines et crises épileptiques : elles sont épisodiques, peuvent être déclenchées par les mêmes facteurs, sont calmées par les mêmes types de médicaments qui calment l’hyperexcitabilité neuronale. Enfin, les deux sont associées à des changements temporaires dans le cerveau, souvent avec une perturbation neurochimique localisée.

Troisièmement d’un point de vue biologique, si les cétones ont cette action positive sur les migraineux, cela serait dû au fait qu’ils bloqueraient les concentrations élevées de glutamate dans le cerveau. Ce phénomène trouvé chez les migraineux et les épileptiques permettrait de réduire le niveau de stress oxydant, agissant sur l’origine du mal, aurait un effet protecteur des lésions cellulaires et améliorerait le fonctionnement des mitochondries, les centrales énergétiques de nos cellules. Or, plusieurs études laissent penser que la migraine pourrait être liée à un dysfonctionnement des mitochondries.

L’action thérapeutique du régime est donc comprise en partie et les patients migraineux ont donc une chance de voir leur crise disparaître simplement en modifiant leur alimentation. Mais attention, le régime cétogène mis en place doit obéir à certaines règles.

Des chercheurs ont mis à jour que des crises de migraine très fréquentes étaient associées à des remaniements neuronaux. Les centres de contrôle de la douleur seraient notamment concernés par ces remaniements. L’origine, la réversibilité possible, partielle, totale et les conséquences de ces remaniements ne sont pas encore connues. 
A noter que dans le cadre de céphalées fréquentes, des petites anomalies à une fréquence plus importante et de la substance blanche cérébrale ont été également observées, mais seraient sans « conséquence fonctionnelle » pour les patients. 

 

 

Le régime cétogène anti-migraine en pratique : les 11 règles à suivre 

  1. éliminez le sucre et les produits sucrés ;
  2. éliminez les fruits ;
  3. éliminez les produits laitiers (sauf le beurre clarifié) et le fromage ;
  4. éliminez tous les aliments qui se rangent dans le groupe des féculents (légumineuses, pommes de terre, patates douces, les aliments contenant des céréales comme les pâtes, la plupart des farines) ;
  5. éliminez le gluten : en éliminant les aliments contenant des céréales, le gluten est déjà quasiment évincé. Mais attention, ne consommez pas de recettes telles le seitan, fait à base de gluten de blé pur, lisez bien les étiquettes au supermarché, notamment si vous achetez des biscuits, crackers ou pains pauvres en glucides car le gluten se cache parfois là où on ne l’y attend pas ;
  6. éliminez les aliments industriels ultratransformés. Le mieux est de manger des légumes, de la viande, du poisson, des œufs, des fruits oléagineux ;
  7. cuisinez en étant généreux avec l’utilisation des huiles, des graisses animales, du beurre clarifié ;
  8. buvez au moins 3 fois par jour et en dehors des repas, des tisanes avec de l’huile de coco (riche en TCM) ou mieux de l’huile TCM dedans. Les TCM sont des graisses qui boostent la cétose. L’expérience montre que la consommation de ces huiles est essentielle dans le cadre des migraines ;
  9. buvez en dehors de ces tisanes grasses, essentiellement de l’eau ;
  10. ne mangez qu’avec la faim et la satiété ;
  11. supprimez les protéines animales le soir (viande, poisson, œuf).

Il va peut-être falloir vous armer de patience avant de voir les grands bénéfices. De un mois à trois mois, parfois plus. Certains voient d’abord un décalage de un jour dans l’espacement entre les migraines, des migraines moins longues, des migraines qui passent avec moins de médicaments. Ou des migraines qui au lieu de se déclencher le soir, arrivent le matin. Retenez que c’est déjà le signe d’un effet du régime sur les migraines. Donc poursuivez.

Combien de temps suivre ce régime ? On manque encore de connaissance sur la durée du régime. Faut-il le suivre à vie ? De manière temporaire ? Les résultats sont-ils réversibles dès l’arrêt du régime ? Difficile de vous apporter une réponse précise. Sachez dans tous les cas, que si vous décidez de vous y mettre c’est sans danger, que vous le suiviez pendant un mois, trois ans, un an ou à vie. Faites-vous en revanche accompagner par un professionnel de santé spécialiste du régime afin de ne pas faire d’impairs diététiques.

Que faire lorsque les signes neurologiques annonciateurs appelés "aura" apparaissent ?
Cela concerne 20 à 30 % des migraineux. Ces symptômes s’installent en quelques minutes et peuvent durer de 30 minutes à 1 heure. La migraine survient plus tardivement et l’aura disparaît alors totalement.
Le plus souvent, ces signes se manifestent sur le côté de la tête opposé à celui de la migraine qui va suivre. Chaque malade présente toujours les mêmes signes. Ils diffèrent d’une personne à l’autre. Certains ont des troubles visuels, d’autres auditifs etc. Dès que vous sentez un de ces signes apparaître, prenez une tisane avec une cuillère à soupe d’huile de coco ou une cuillère à café d’huile TCM. 

 

Pour aller plus loin :

Pour comprendre :

En finir avec la migraine, Josh Turknett, Thierry Souccar Editions.

Pour mettre en place le régime :

Pour les repas du matin et du midi : Céto cuisine, Magali Walkowicz, Thierry Souccar Editions.
Pour les repas du soir : 30 plats végé céto, Magali Walkowicz, Thierry Souccar Editions.

Source(s):
  • [1] C Di Lorenzo, G Coppola, G Sirianni, F Pierelli : Short term improvement of migraine headaches during ketogenic diet: a prospective observational study in a dietician clinical setting. J Headache Pain. 2013; 14(Suppl 1): P219.
  • [2] Barbanti p, Fofi L, Aurilia C, Egeo G, Caprio M : Ketogenic diet in migraine: rationale, findings and perspectives. Neurol Sci (2017) 38 (Suppl 1):S111-S115.