Maladies cardiovasculaires : en finir grâce au programme Ornish

Régime ornish
Régime ornish
Pixabay
Par Charlotte Vierne publié le
Journaliste indépendante
303 lectures

Maladies coronariennes, diabète de type 2, obésité et même cancer de la prostate, le programme de réversion cardiaque du médecin californien Dean Ornish a permis à de nombreux patients d’inverser le cours de leur maladie sans avoir recours à la chirurgie ou aux médicaments ! Alors, pourquoi ne pas essayer ?

À l’origine d’une approche particulièrement novatrice des pathologies cardiaques, le professeur américain, Dean Ornish, président et fondateur de l'Institut de recherche en médecine préventive à but non lucratif à Sausalito, a suscité un important débat au sein de la communauté médicale au cours de ces quarante dernières années. Et pour cause : inversion de la progression des maladies coronariennes, du diabète de type 2, de l'hypercholestérolémie et de l'hypertension artérielle, ralentissement voire renversement de l’évolution du cancer de la prostate pris à un stade précoce. Tout ceci sans chirurgie ni prise de médicament. Le mode de vie Ornish constitue une véritable révolution. 

Des résultats scientifiquement prouvés

Lors d’une série d'essais contrôlés et randomisés, publiée dans des revues médicales de premier plan, le programme de réadaptation cardiaque (« The Lifestyle Heart Trial »), mis en place à la fin des années 1970, a démontré qu’un changement des habitudes de vie passant par une prise en charge plurielle (arrêt du tabac, relaxation et gestion du stress, exercice physique modéré et régime alimentaire adapté) permettait d'améliorer la santé des patients atteints de maladies coronariennes1.

D’autres études ont ensuite apporté la preuve de ses effets bénéfiques sur des pathologies telles que le diabète2, l’obésité3 et le cancer de la prostate4.  Et ce n’est pas tout, les travaux du monsieur Ornish ont également établi que le programme de réadaptation cardiaque avait même pour conséquence d’altérer nos gènes d’une manière favorable ; ceci notamment « en activant les gènes de protection et en désactivant les gènes favorisant l'inflammation, le stress oxydatif et les oncogènes augmentant le risque de différents cancers5 »  indique le professeur Ornish sur son site web. Et pas moins de 500 gènes seraient ainsi favorablement modifiés après seulement 3 mois d’observance de ce programme ! En outre, le changement de mode de vie Ornish allongerait nos télomères (les extrémités de nos chromosomes régulant le vieillissement), nous permettant ainsi de retarder, voire même d’inverser le vieillissement cellulaire. Une véritable révolution médicale, d’ailleurs aujourd’hui prise en charge par Medicare, le système d’assurance santé américain. Mais concrètement, quelle est-elle ? Elle se décline en un régime alimentaire très pauvre en graisse et en cholestérol et un mode de vie bénéfique pour la santé de notre cœur.

Le régime alimentaire Ornish

S’apparentant au végétarisme, le régime alimentaire de réadaptation cardiaque « permet de se sentir plus énergique et d’améliorer ses performances physiques6 ». Il s’accompagne, le plus souvent, d’une perte de poids, sans toutefois limiter le nombre de calories quotidiennement consommées. Ce régime répartit la consommation d’aliments en trois repas et deux collations s’étalant tout au long de la journée. Une organisation permettant de maintenir notre niveau d’énergie et de ressentir une sensation continue de satiété.

Privilégiant une alimentation particulièrement faible en graisse (il limite à 10 % le nombre de calories quotidiennes consommées provenant des graisses, en particulier animales), le régime Ornish ne comporte pratiquement pas de cholestérol. Il est, en revanche, très riche en fibres et met à l’honneur les fruits (sauf les avocats et les fruits à coques en raison de leur trop grande proportion de graisses insaturées), légumes, les légumineuses et les céréales complètes.

Côté protéines, il encourage la consommation de produits à base de soja, autorise le blanc d’œuf (pas le jaune), conseille de limiter sa consommation de poisson et exclut les viandes animales (en particulier la viande rouge). Il autorise la consommation de produits laitiers écrémés (pas plus de 2 portions par jour), impose de limiter les huiles de cuisson, le sucre et l’alcool. Le café et les aliments frits et ultra-transformés (privilégier les aliments bruts) y sont également proscrits.   

Le mode de vie Ornish

Outre ce régime alimentaire, le mode de vie de réadaptation cardiaque impose l’arrêt du tabac et préconise une pratique sportive modérée à intense : mettant à l’honneur la marche, le vélo et le hatha yoga (étirements, torsions notamment…) qu’il conseille de pratiquer au moins 30 minutes par jour. Le professeur Ornish recommande également la pratique d’exercices de renforcements musculaires permettant de diminuer les taux de sucre et de triglycérides. En outre, et le corps et l’esprit étant directement liés, il conseille fortement de pratiquer régulièrement des méthodes de relaxation et de gestion du stress : parmi elles, la méditation et diverses techniques respiratoires.

Pour le docteur Ornish, « la respiration constitue (en effet), le pont entre notre corps et notre esprit : en ce sens, elle peut aider à équilibrer nos systèmes nerveux sympathiques et parasympathiques, ce qui provoque un profond effet calmant ». Quelques minutes d’exercices de respiration abdominale par contraction du diaphragme ou de respiration profonde (inspirez par le nez en commençant par l’abdomen et faites remonter l’inspiration jusqu’à votre poitrine ; expirez par le nez en faisant redescendre l’air de votre poitrine à votre abdomen), de visualisation ou de relaxation, peuvent contribuer à nous maintenir en santé. Les maladies cardiovasculaires sont en effet particulièrement sensibles au stress. Elles sont également largement favorisées par l’isolement : en ce sens le Professeur Ornish rappelle l’importance capitale de l’amitié et des liens intimes et préconise, au besoin, de participer à des groupes de paroles pour maintenir le lien social ou de débuter une psychothérapie.

Source(s):